Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZiK et ZinC

La culture alternative est un vivier d’expressions en marge.

Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.

Publié le 29 Novembre 2015 par DB-RBV

Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.

Pendant un an, MOBSTR, un street artist londonien qui préfère garder l’anonymat, s’est joué des autorités locales. En 2014, il a tenu une sorte de conversation avec eux à coup de graffitis dessinés puis effacés, puis redessinés. L’artiste britannique a décidé de pousser l'art à ses limites, en "jouant" avec les nerfs de l’employé envoyé par la mairie. Juste pour voir. Le jeune londonien, passait depuis des années à vélo devant ce mur d’un poste de transformateur électrique, sur la route de son lieu de travail, à l’est de la ville, au cœur d’un Londres multiculturel et artistique, celui de l’East End, comme le nomment les Londoniens. Autrefois point de chute des immigrants sans le sou, et connu pour avoir abrité de nombreux criminels dont le célèbre Jack l’Eventreur, de populaire et mal famé, l’Est londonien est devenu le repaire des bobos et des branchés. Et pendant des années, en passant dans ce quartier d'Hackney Wick, qui regroupe la plus grande concentration d'artistes au monde, non loin des galeries d’art, bureaux d’architectes et boutiques vintage, MOBSTR remarquait que les graffitis peints dans la zone rouge étaient régulièrement recouverts de peinture rouge, alors que ceux griffonnées à l’extérieur de la zone rouge, étaient karchérisés et supprimés par lavage sous pression. Incompréhensible pour l’artiste, connu pour taguer des phrases ironiques en Grande-Bretagne.

Il eut alors une idée qui l’incita à démarrer «The Curious Frontier of Red», une expérience, avec tout ce qu’elle avait d’incertain, quant à son dénouement. L’expérience en question consistait à taguer le mot « RED » sur le mur pour voir s’il serait lavé ou repeint et la récurrence des interventions. La première fois, il s’est fait repeindre. Alors MOBSTR a recommencé à taguer le même mot, mais cette fois un peu plus haut sur le mur. Encore repeint. L’artiste a donc décidé de déplacer son mot, jusqu’à ce qu’il touche une brique, juste au-dessus de la zone rouge. Cette fois ci, le mot fut lavé et non repeint. Mais ne comprenant toujours pas l’intérêt de ces deux types de lavage différents, MOBSTR continue, à mettre des message à sa victime comme "ROUGE ? / VOUS AVEZ MORDU LA LIGNE" en jouant avec les nerfs de l’employé et des autorités. Jusqu’à ce que, de provocations en provocations, victoire !, le mur entier soit repeint en rouge. Ce n’est pas moins de 12 fois que l’agent des services de propreté de la ville a décapé les graffitis avec les 2 méthodes, avant que les autorités locales ne décident de capituler. L’expérience et ce qui a transpiré au cours d'une année de ce jeu de chat et de la souris mural entre le graffeur et le préposé aux services de nettoyage de la ville, a été iMURtalisée en photos. Les voici en bas de l'article. Avec, en fin du déroulement, en conclusion, un dernier message, "WELL, THAT'S ONE WAY TO END IT. THANKS MATE, IT'S BEEN FUN" (Eh bien, voilà une manière d'en finir. Merci l'ami, c'était amusant). Magistral. Avec, tout de même en filigrane, une question que l’expérience «The Curious Frontier of Red» fait naître. COMBIEN ? Sachant qu’à Paris, le nettoyage des tags coûte 4,5 millions d'euros annuels et qu’à Londres, rien que le nettoyage des rails de chemin de fer ou de métro se monte à 5 millions de £ (7 millions 980 mille €) par an, cette plaisanterie
aurait coûté £ 600 (852€).

Un aperçu des coûts du nettoyage urbain via un article sur le chewing-gum art, sur ce même blog, ici :

http://ziketzink.over-blog.com/2015/09/focus-sur-l
-environnement-urbain-avec-le-chewing-gum-art.html

Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.
Gué-guerre rouge sang, entre MOBSTR et la voirie de Londres.

Photo © MOBSTR

Page de MOBSTR sur
Instagram :

https://www.instagram.com/m.obstr/

Site de MOBSTR :

https://www.mobstr.org

Commenter cet article