Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZiK et ZinC

La culture alternative est un vivier d’expressions en marge.

La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.

Publié le 24 Juillet 2015 par DB-RBV

La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.

Bien souvent pour profiter des terrasses estivales sur les quais, il faut prendre la direction du quai d’Austerlitz qui en concentre une douzaine, sans compter les péniches, du Petit Bain, à la Dame de Canton en passant par le Batofar ou bien se rendre du côté du du 7ème arrondissement à la Péniche Rosa Bonheur sur scène, ou au Faust, ou encore arpenter les 4 kilomètres et demi du canal Saint-Martin, intégralement situé dans les Xe et XIe arrondissements et qui relie le bassin de la Villette au bassin de l'Arsenal, et ensuite à la Seine. Il y a aussi, surtout, les 6 kilomètres 6 du canal Saint-Denis qui relie le bassin de la Villette à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis et le canal de l'Ourcq dans le XIXème. Mais tous ces endroits se situe plutôt dans l’Est Parisien. Depuis deux étés, l’Ouest peut compter sur La Javelle.

Ouverte en juin 2014, la Javelle, guinguette parisienne, est devenu le spot éphémère de l’été. Cette année, elle s’est même appropriée une péniche. Amarrée à deux pas du parc André Citroën, dans le 15e arrondissement, son nom est un clin d’œil au hameau de Javel au XVe siècle avec son petit port et son garage à bateaux, connu en 1485, sous le nom de Javetz. En 1777, une fabrique de produits chimiques y voit le jour. De cette usine sortit l’hypochlori
te de sodium que l’on appela l’eau de Javel.

Dès 11 heures, on y vient se prélasser dans les transats colorés et bronzer ou lire un ouvrage emprunté dans la bibliothèque des lieux, sur les quais en bois attenants à la péniche, alimentée par les passants et sympathisants. Seul, entre amis, entre collègues ou en famille avec vos enfants, qui disposent de nombreux espaces et propositions de jeux dans la journée, vous pouvez dès midi, vous ruer sur le bar, ou passer commande aux food trucks de tous horizons culinaires, venus vous régaler. Un véritable voyage au long cours. Cuisine caraïbéenne, viet, thaï ou mexicaine, pizzas, hot-dogs, barbecue, crêpes, tajine, burgers, bar à huîtres, il y en a pour tous les goûts. Et même des goûts nouveaux.

L'iceRoll, vous connaissez ? Des rubans de crème glacée s'enroulant sur eux-mêmes, aussi graphiques dans leur pot que délicieux au palais, l'ice cream roll est la glace tendance de l'été 2015. Véritable passion en Thaïlande, l’iceRoll est un rouleau de crème glacée en forme de wrap, fraîchement débarquée en France pour lesquelles les foodies fondent.

Réalisé de manière artisanale avec des produits frais sans arômes supplémentaires ni conservateurs, l’iceRoll est une crème glacée qui est versée sur une plaque réfrigérée à -30 °C. Un procédé qui la fige instantanément, et à laquelle on s’amuse à ajouter des purées de fruits frais ou du caramel. Vient enfin le geste technique et précis du glacier qui racle la plaque pour transformer la crème glacée en jolis rouleaux givrés. Le procédé respecte entièrement la chaîne du froid. En plus, les parfums sont tentants. Caramel à la fleur de sel, passion, thé vert, mangue, chocolat, elles peuvent aussi se transformer en cocktail givré à base de Bailey’s, rhum ou champagne. Ce concept de glaces thaïlandaises adopté et adapté par Quentin Bourdonnay et deux de ses amis, plaît. Pour preuve, le seul stand permettant de les goûter cet été à Paris est pris d’assaut, tous les dimanches à la Javelle. Par ici une démonstration-description dans le JT de France 2. Un reportage qui met la Seine à la bouche :

Ceci sans compter les points de vente éphémères, notamment le Perchoir du BHV Marais ou la Nüba à la Cité de la Mode. Pour savoir où la déguster au coup par coup, rendez-vous sur le site de l’Ice-Roll, ici :

Le bar de La Javelle, joue à l’original aussi en proposant vins bio et bières parisiennes et en dévoilant sans complexe sa passion pour le Picon, qu’il est peu fréquent de trouver en tête d’affiche dans les établissements de la capitale. Si les prix font un peu grimacer à 28 euros la bouteille de vin, 6 euros le demi et 9 euros la pinte de bière, consigne de 1 euro comprise, y faire la queue un samedi soir, relève de la gageure. Pour l’atteindre, il faut compter 20 à 30 min d'attente.

La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.

Mais La Javelle, a plus d’un tour dans son sac. Elle propose ainsi de nombreuses possibilités de détente, loisirs et activités culturelles et artistiques. Le programme est d’ailleurs particulièrement chargé, alternant sans souffler expos photos, cours de yoga, de tango, de flamenco, massages sur le pouce, initiation de yoga ashtanga, démo de taï-chi, ateliers de re-looking de petits meubles récupérés, salons nomades de coiffure ou onglerie. On y vend même quelques fois des vêtements. Et Sandra la directrice artistique du lieu, souhaiterait introduire des projets de street art.

Et le soir ? Que se passe-t-il le soir à La Javelle ? Bal musette (le lundi soir), concerts et spectacles, dans cette sorte de place de village en plein désert parisien, on peut s’attabler à un tonneau ou à de grandes tables en bois et s’assoir dans des chaises longues, des chaises d’écoliers ou sur des fauteuils de grand-mère ou de salle de projo. Mais seulement si on arrive avant 20 heures. Après, impossible de s’asseoir. Les jeunes s’agglutinent alors au bord de la Seine, à même le quais, les pieds pendants à quelques mètres de l’eau.

Une effervescence difficile à appréhender par les artistes de passage. Un quatuor à cordes, un piano jazz, des Mariachi originaire de l'État de Jalisco au Mexique, en ont fait les frais. Le public est ndisciplinéé, peu attentif trop occupé à papoter entre ami
s. Mais les quelques oreilles sensibles valent le déplacement.. Par ici le programme :

Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !
Photos © RBV AlBoum 2014 !

Photos © RBV AlBoum 2014 !

Le 22 juillet 2015, Râlouex King Trio a difficilement réussi à faire guincher l’assistance. Et pourtant ce ne sont pas les expériences de spectateurs singuliers et d'assistance ardues à dérider qui lui manquent. En vidéo, quelques unes de ses nombreuses compositions,

Chez l
'épicier
Y a de l'amour dans l’air
Comme un lion en cage
Avec, pour commencer, l'interprétation peu évidente de Dis-moi à La Javelle :

Ce groupe sévit dans l’est parisien, de bars en squat et de péniches en salle underground, depuis 2010 déjà. Réputé par son entrain à réveiller les morts, prodiguant ses chansons à textes, sur des rythmes country, rock, reggae et Ska, Râlouex King Trio et ses membres, José à la basse, José à la batterie et Alexis le chanteur à la guitare et à l’harmonica, a plus de 300 concerts à son actif. Il ne s’est d’ailleurs pas laissé démonté par la froideur apparente de l’assistance de La Javelle, qu’il a finalement réussi à interpeller. Aux manettes, Daniel l'ingé son de la Javelle, s'est décarcassé dans un joyeux brouhaha, le lieu étant plein à craquer. Par ici les photos :

22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.
22 juillet 2015.

22 juillet 2015.

Et ce n’est pas tout ! Le soir tombé, à la Javelle, on peut danser sur la piste et sous les lampions, jusqu’à minuit. En faisant quelques haltes caliente, à la ‘’Boîte à sardines’’, plus petite boîte de nuit du monde.

La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.
La Javelle réveille de sa léthargie l'ouest parisien.

La Javelle

Port Javel Bas, 75015 Paris Entre la péniche Thalassa et le vaisseau France 2 France 3 du Pont Garigliano.
Métro 8 : Lourmel / Balard, Métro 9 : Exelmans, Métro 10 : Jave
l André Citroën

RER C / TRAM 3 : Pont du Garigliano

Photos 2014 & 2015 © RBV

Photos 2014 & 2015 © RBV

Commenter cet article