Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZiK et ZinC

La culture alternative est un vivier d’expressions en marge.

Et soudain, une inconnue vous offre des... "belles de bitume" !

Publié le 31 Mars 2015 par DB-RB

Et soudain, une inconnue vous offre des... "belles de bitume" !

Le nom des végétaux sur les trottoirs d'un quartier de Nantes. L'initiative a séduit la France via Facebook.

Dans le quartier de Chantenay, ancien bastion ouvrier des chantiers navals et grandes usines de bord de Loire, quelqu’un, un anonyme, a redonné leurs noms aux herbes sauvages des rues. Et c’est un Nantais, Luc Douillard, découvrant ces merveilles, qui a pollinisé l’information qui s’est répandue sur la Toile, avec un texte publié sur Facebook, accompagné de plusieurs photos. Celles-ci montrent des pochoirs peints sur les trottoirs qui révèlent aux passants le nom des fleurs sauvages :

https://www.facebook.com/luc.douillard/posts/790994817598434

Frappantes et poétiques, ces photos font mouche et sont partagées, des milliers de fois sur Facebook. Jusqu’à ce qu’un internaute finisse par identifier la personne à l’origine de cette belle idée. Il s’agit d’une conteuse nantaise, Frédérique Soulard, toute étonnée du succès de son initiative. Salariée de l’association ‘’L’écume des mots’’, sa démarche est artistique. Botaniste, elle a travaillé jadis dans l’herboristerie de sa grand-mère. "Belles de Bitume", c’est le nom qu’elle a donné à son entreprise qui mêle l'écriture, la botanique à la poésie. C'est une promenade participative et ludique qui permet de se réapproprier son quartier, en observant, identifiant et inscrivant le nom poétique des petites plantes sauvages tout en partageant avec les autres. Cette idée elle a mis des années de réflexions pour la trouver, puis des mois pour la faire reconnaître et pour la mettre en place et maintenant, c'est son métier et son gagne pain !

L'objectif avoué, est de sensibiliser les habitants à la biodiversité de leur ville, mais aussi que chacun retrouve la perspicacité et l'humour de nos ancêtres qui ont donné à ces plantes des noms pertinents, humoristiques et poétiques.


En préparant son projet, Frédérique Soulard raconte avoir compris, par exemple, que les coquelicots de son quartier profitent des pentes pour faire rouler leurs graines et s’étendre peu à peu. Ou que si la Ruine de Rome pousse dans sa rue mais pas dans les rues voisines, c’est parce qu’elle est riche de vieux murs. La Ruine-de-Rome ou Cymbalaire des murs, encore appelée Linaire cymbalaire, est une plante herbacée vivace plutôt méditerranéenne, qui tapisse fréquemment les vieux murs de touffes aux feuilles arrondies et luisantes et aux petites fleurs violettes à la gorge tachée de jaune.

L’artiste, accompagnée de sa sœur Sylvie, a identifié près d’une centaine d’espèces différentes et peint une cinquantaine de pochoirs dont la vergerette originaire d'Amérique du Nord, maintenant largement répandue en Europe, considérée comme espèce invasive, le millepertuis, composé d'environ 400 espèces réparties dans le monde entier, sauf dans les déserts et les régions arctiques, l'aster des murailles, le pissenlit et la dent-de-lion, qu’on appelle aussi araxacum considérée comme pissenlit véritable et beaucoup d'autres encore.

Les marquages au sol sont faits lors de sorties avec "la Belle", charrette à bras. Dans un esprit de convivialité, Frédérique Soulard et sa soeur Sylvie, offrent des tisanes à base de plantes et invitent les passants à inscrire le nom des végétaux sur le sol. Ainsi chaque plante nommée a été choisie et annotée de manière précise par une personne précise. Mais le désir de partage l'emporterait presque sur la botanique. C'est aussi ça la poésie.

Les deux sœurs travaillent avec la mairie de Nantes qui s’est fendue d’une subvention et a prévenu les équipes pour que les écrits ne soient pas aussitôt effacés.

Par ici le site de l'artiste-botaniste :

http://frederique.soulard.free.fr/index.htm

Et soudain, une inconnue vous offre des... "belles de bitume" !Et soudain, une inconnue vous offre des... "belles de bitume" !
Et soudain, une inconnue vous offre des... "belles de bitume" !
Et soudain, une inconnue vous offre des... "belles de bitume" !Et soudain, une inconnue vous offre des... "belles de bitume" !
Cliquez sur la photo pour en voir d'autres encore. Photos © Frédérique Soulard - Luc Douillard
Cliquez sur la photo pour en voir d'autres encore. Photos © Frédérique Soulard - Luc Douillard
Cliquez sur la photo pour en voir d'autres encore. Photos © Frédérique Soulard - Luc Douillard
Cliquez sur la photo pour en voir d'autres encore. Photos © Frédérique Soulard - Luc Douillard
Cliquez sur la photo pour en voir d'autres encore. Photos © Frédérique Soulard - Luc Douillard
Cliquez sur la photo pour en voir d'autres encore. Photos © Frédérique Soulard - Luc Douillard
Cliquez sur la photo pour en voir d'autres encore. Photos © Frédérique Soulard - Luc Douillard
Cliquez sur la photo pour en voir d'autres encore. Photos © Frédérique Soulard - Luc Douillard
Cliquez sur la photo pour en voir d'autres encore. Photos © Frédérique Soulard - Luc Douillard
Cliquez sur la photo pour en voir d'autres encore. Photos © Frédérique Soulard - Luc Douillard
Cliquez sur la photo pour en voir d'autres encore. Photos © Frédérique Soulard - Luc Douillard

Cliquez sur la photo pour en voir d'autres encore. Photos © Frédérique Soulard - Luc Douillard

J'ai l'impression que c'est par la ville que les plantes qui ont disparu des campagnes vont revenir. Pendant que certains agriculteurs font le tour de chênes plus vieux qu'eux mêmes (et que leur propre mère ou grand-mère) avec leurs tracteurs jusqu'à ce que les chênes tombent, dans les parcs des grandes villes, les arbres sont immenses… Dans mon petit jardin (60 M2), je laisse pousser les plantes qui viennent seules : tanaisie, camomille, millepertuis (j'en fais de l'huile)… je les contemple longuement. J'en arrache certaines : la chélidoine (je n'en garde que quelques pieds), la vergerette (il y en a partout), l'oxalis (je suis un peu fâchée avec l'oxalis). J'ai des relations affectives avec les plantes. Dommage pour celles que je n'aime pas…. Mais j'en conserve quand même au moins une de chaque. Nos balcons et nos jardins sont de mini arches de Noé… et nos trottoirs aussi.

Frédérique Soulard dans "Belles de bitume".

Commenter cet article